Banque mobile : les avantages et comment les choisir ?

Parmi les dernières générations de banque, on peut compter les banques mobiles. Comme leur nom l’indique, ce sont des banques qui sont disponibles sur tous les supports mobiles, juste en téléchargeant une application dédiée. Force est de constater que ces dernières semblent se présentent comme un concurrent de taille pour les établissements classiques et virtuels. Leur nombre augmente de jour en jour. Focus sur les avantages de ce genre de prestataire.

Une banque toujours à vos côtés

La facilité d’accès : c’est le cheval de bataille des banques mobiles, troisième génération. Et pour cause, ce genre de prestataire vous suit à chacun de vos pas via une application à télécharger et à installer gratuitement sur votre Smartphone. Toutes vos données bancaires sont à portée de doigts. Vous gérez vous-même votre compte et il ne suffit que d’un code à 6 chiffres pour se faire. En cas de besoin, il est toujours possible d’entrer en contact avec des opérateurs en ligne. Pour ce qui est de la qualité de l’accompagnement, vous n’avez aucune crainte à avoir.

Les banques en ligne ont l’avantage de proposer des cartes bancaires totalement gratuites à leurs clients et selon la formule choisie et les ressources du client. Il peut même avoir la possibilité d’avoir une mastercard ou gold avec des assurances spécifiques. Autre atout, vous pouvez gérer tous vos services en ligne, vous pouvez bloquer votre carte et la réactiver à distance, beaucoup de banques en ligne proposent un gestionnaire de vos dépenses. Ainsi elles vont regrouper sous forme de graphique les dépenses du mois et vous pourrez voir en un clin d’œil les charges qui occupent une part plus importante dans votre budget et vous pourrez agir dessus pour mettre de l’argent de côté. Vous trouverez sur le site choisir-sa-banque-en-ligne.info un guide de la banque en ligne.

Des transactions faciles et gratuites

À mi-chemin entre la facilité des banques en ligne et la proximité des établissements classiques, les banques mobiles sont les solutions de la société moderne. Elles portent d’ailleurs excellemment bien leur surnom de « portefeuille virtuel ». Grâce à ces dernières, vous pouvez vous lancer dans des transactions faciles et gratuites en ligne. Ce peut être le règlement de vos achats sur les plateformes en tout genre, ou encore les virements. Pour ce qui est des versements à faire sur votre compte, il est toujours possible de les établir auprès des agences de votre enseigne. Cette démarche est toujours sans frais.

Comment choisir sa banque mobile ?

Il a été susmentionné que les banques mobiles sont de nos jours nombreuses. Faire le bon choix peut donc s’avérer être un peu plus difficile, mais toujours d’une importance capitale. Il en va de la bonne gestion de vos avoirs. Le niveau de sécurité est par exemple un point essentiel à prendre en compte. Certaines applications vous alertent en cas de retrait sur votre compte que vous pouvez d’ailleurs bloquer dans le cas où vous n’en seriez pas à l’origine. À cela vous ajoutez la réputation des enseignes. Les avis sur le Net sont vos meilleurs alliés pour faire le tri entre les bons et les mauvais prestataires.

La BNP Paribas en pleine innovation, soutenue par Plug and Play

Dans le but de toujours se démarquer de ses concurrents, BNP Paribas a lancé en 2017 un accord de partenariat avec le Plug and Play. La banque analyse toutes ses activités aux moins deux fois par an afin de trouver les process à optimiser. Ensuite, c’est l’accélérateur Plug and Play qui se charge de mettre en relation les process à améliorer avec une start-up apte à participer à la mise en place d’une solution innovante.

En seulement deux ans, 35 prototypes ont été développés

Le partenariat de BNP Paribas avec l’accélérateur Plug and Play a été conclu en 2017. Ainsi, depuis cette année,  la banque confie la recherche d’une start-up qui peut lui proposer des idées inédites face à une problématique donnée à propos d’une de ces activités à l’accélérateur en question. Le « Batch », une saison en trimestre qu’on consacre à l’identification du projet se démarre tous les six mois. Et au cours des trois mois qui suivent, au sein de Station F, qui est l’incubateur le plus grand de Paris, un « proof of concepts », ou POC, se développe.

En seulement deux ans de collaboration, Saeed Amidi, qui n’est rien d’autre que le fondateur de la plateforme, se jouit d’avoir pu organiser quatre « batches » qui avaient abouti à la création de 35 prototypes. À noter que, 35 % de ces derniers sont déjà en application dans le plus grand groupe bancaire de la zone euro. Il ne faut pas oublier que le système d’identification par selfie pour un crédit conso, présenté par la jeune Scanovate en Belgique figure parmi ces succès. Dans le secteur de la banque privée, DreamQuark, une fintech française a mis en place un outil de ciblage ainsi que de segmentation des clients. En outre, plusieurs organismes qui proposent des offres de crédit renouvelables. Ainsi, pour comparer l’offre de la  banque populaire, vous pouvez consulter l’agence directement.

Une transformation culturelle

Au sein de la BNP Paribas, on se félicite aussi des aboutissements positifs du partenariat avec Plug and Play. D’après Jacques d’Estais, le directeur général adjoint et responsable d’international Financial Services. « Des délais aussi réduits n’auraient certainement pas permis de travailler sur un tell nombre de projets uniquement avec ses propres ressources humaines et matérielles. »

En effet, grâce à la relation avec de modestes entreprises dynamiques, les équipes internes ont aussi bénéficié d’agilité et de vitesse grâce à des méthodes de travail plus optimisées. En outre, le travail collaboratif a aussi gagné une place assez importante. En tout, le partenariat a favorisé une transformation culturelle. Afin de toujours poursuivre sa stratégie d’innovation, d’autres actions centrées sur d’autres thèmes tels que les smart cities ont été prévu par la banque de a rue d’Antin, un programme toujours en partenariat avec l’accélérateur Plug and Play

En savoir plus sur le métier de conseiller juridique d’entreprise

Tous les avocats du secteur privé ne travaillent pas pour des cabinets d’avocats. Cet article décrit le travail de conseil d’un cabinet d’avocat ou d’un avocat interne. Qu’il agisse en tant que point de contact entre la direction et un conseil externe ou en fournissant des conseils juridiques directs, l’avocat spécialiste dans le droit des affaires peut disposer du meilleur des deux mondes et avoir accès à la haute direction en même temps.

Au cours des dernières années, la perception du rôle et de la fonction des conseillers juridiques internes par les entreprises a évolué et la pratique du droit des sociétés est passée d’une existence relativement peu contestable et banale, limitée à la gestion du travail juridique effectué par d’autres personnes, à une dynamique, rôle stimulant qui consiste à donner des conseils juridiques dans pratiquement tous les domaines du droit et à participer directement au processus décisionnel de la direction.

Trois niveaux au service juridique

Il existe essentiellement trois niveaux auxquels un service juridique d’une entreprise peut traiter des problèmes juridiques individuels auxquels l’entreprise est confrontée. La première consiste à faire en sorte que les conseillers juridiques internes servent principalement de point de contact entre la direction et les conseillers externes. En vertu de cet arrangement, les propres avocats de la société participent rarement à la détermination du bien-fondé ou de la résolution des problèmes juridiques. Ils déterminent simplement quel avocat extérieur est le mieux pour traiter le problème, puis gère la représentation de ce cabinet. En France, parmi les avocats de droit des affaires on peut citer Patrick Mochkovitch. La seconde consiste à faire appel exclusivement à un avocat interne pour obtenir des conseils juridiques ou une représentation dans des procédures judiciaires. Enfin, une combinaison de ces deux approches peut s’appliquer à une question juridique particulière.

Evolution de la pratique en entreprise

Historiquement, la pratique interne des entreprises était largement limitée à la première de ces alternatives. Les sociétés considérées comme des malfaiteurs vis-à-vis de l’extérieur des avocats et employaient des conseillers internes pour gérer leurs relations avec les cabinets d’avocats qui les représentaient. Les effectifs juridiques des entreprises étaient généralement très petits et les avocats internes étaient des généralistes. L’absence d’implication directe dans des questions juridiques spécifiques a dissipé bon nombre des pressions et des exigences généralement associées à la pratique du droit. Parce que ce type de participation nécessitait principalement des compétences en gestion des ressources, plutôt que des connaissances juridiques, les postes de conseillers juridiques d’entreprises étaient considérés comme moins satisfaisants et plus prestigieux que ceux de cabinet privé. Pour les jeunes avocats, ils offraient également plus de sécurité d’emploi mais moins d’argent.

Avec la hausse des coûts de la représentation légale causée à la fois par l’inflation et la montée en flèche du degré de réglementation des entreprises par les gouvernements au cours des années 1970, de nombreuses entreprises ont dû réévaluer leurs besoins en matière de conseil et de représentation juridiques. Après avoir comparé les honoraires facturés par les avocats externes aux coûts liés à l’emploi de conseillers juridiques internes, les entreprises ont compris que des économies substantielles pourraient être réalisées en augmentant la taille des services juridiques et en attribuant les tâches à l’interne. En outre, les sociétés étant de plus en plus impliquées dans un nombre croissant de problèmes juridiques, des conseillers juridiques internes bien informés de la nature de l’entreprise, de sa technologie et de sa terminologie, des personnes-ressources et des interlocuteurs concernés et de tout autre informations de base pertinentes pour un problème particulier. Les avocats internes, en tant qu’employés de la société, sont donc plus libres d’offrir des conseils non juridiques et de parler au nom de la société dans ses relations avec des tiers.

La caution de loyer : types, avantages et restitution

Au moment de la conclusion d’un bail, le propriétaire peut demander au locataire de lui verser une somme d’argent en guise de caution locative. En effet, c’est la meilleure sorte de garantie pour le bailleur car une caution peut couvrir en amont l’insolvabilité du locataire, surtout pour les loyers impayés, les arriérés de charges, les intérêts de retard et le coût des travaux de réparation et de remise en état du logement.

Tout ce qu’il faut savoir sur la caution de loyer dans cet article.

Ce que dit la loi sur la caution de location

La caution de location est une solution encadrée par la loi. En effet, son montant doit être décrit clairement dans le contrat de bail, et celui-ci est plafonné à un mois de loyer hors charges s’il s’agit d’une location de logement vide, ou à deux mois de loyer hors charges s’il s’agit d’une location de logement meublé.

Quant au délai de restitution de la caution de loyer, la loi prévoit aussi que le propriétaire doit remettre la somme d’argent au plus tard après un mois si l’état des lieux de sortie est identique à l’état des lieux d’entrée. Le cas échéant, ce délai peut être prolongé à 2 mois au maximum et le bailleur pourra retenir une partie ou la totalité de la somme, selon les cas.

Toutefois, il convient de noter que le locataire peut exiger au bailleur le paiement d’intérêts de retard si celui-ci ne restitue pas la caution dans le délai imparti. Sinon, en cas de litige, il est toujours possible de tenter une résolution à l’amiable pour ne pas devoir mener l’affaire en justice.

Une caution simple ou une caution solidaire ?

La caution est en général assurée par une tierce personne qui s’engage à payer les loyers ou les charges du locataire à sa place, en cas de défaillance de celui-ci. Il peut donc s’agir soit d’un membre de la famille du locataire, soit de l’un de ses proches, mais l’objectif est de sélectionner une personne qui dispose de sources de revenus stables et suffisants pour être capable de couvrir les impayés du locataire.

Ici, il y a lieu de faire la différence entre une caution simple et une caution solidaire. D’un côté, la caution simple est un garant qui ne sera appelé à payer que lorsque le débiteur n’est pas en mesure de le faire. Plus précisément, le bailleur doit donc s’adresser tout d’abord au locataire pour tenter de trouver une solution, avant d’engager des poursuites contre lui. Puis, il faut noter qu’il peut y avoir plusieurs garants ou cautions simples.

D’un autre côté, la caution solidaire est un garant qui sera directement appelé à acquitter les dettes du locataire dès que celui-ci tarde de payer ce qu’il doit. C’est donc un type de caution un peu plus risqué car le bailleur ou l’établissement financier considère la caution comme le débiteur principal.

Une caution bancaire ou une caution de loyer sans dépôt de capital ?

Toutefois, il est à savoir que le garant peut être une entité et non un particulier. C’est le cas par exemple de la caution bancaire et de la caution de loyer sans dépôt de capital.

Pour la caution bancaire, c’est une banque ou un organisme financier qui se porte garant du locataire auprès du bailleur et qui va avancer toutes les prétentions de celui-ci en cas de défaillance du locataire. Ainsi, le locataire n’aura donc qu’à verser des mensualités abordables et constantes auprès de la banque, et cela pendant la durée du contrat de bail.

En revanche, pour la caution loyer suisse, c’est plutôt une entreprise de cautionnement comme goCaution qui s’engage à être garant du locataire. Par conséquent, il n’y a pas de somme d’argent à bloquer sur un compte bancaire, il suffit uniquement que le locataire verse auprès de cette société une prime annuelle, sans frais supplémentaires.

Les principaux avantages d’une caution locative sans dépôt bancaire

Pour parler davantage des différents points forts d’une caution de loyer sans dépôt bancaire, il y a lieu de préciser que celle-ci apporte presque les mêmes sûretés que les autres types de garantie locative.

Puis, comme ce qui a été signalé plus haut, la caution est assurée par goCaution, notamment une entreprise de cautionnement agréée par le FINMA ou Autorité Fédérale de Surveillance des Marchés Financiers. Ainsi, ce genre de caution de loyer constitue donc une solution bien sécurisée aussi bien pour le locataire que pour le bailleur.

En ce qui concerne les procédures, tous les services de goCaution sont 100% digital. Ce qui signifie que les parties au contrat ne sont pas obligées de se déplacer pour s’inscrire, pour faire des paiements ou pour discuter car tout peut être effectué directement en ligne, sur le site-même de la société de cautionnement.

Mieux encore, goCaution garantit des services rapides et efficaces, puisqu’elle envoie normalement le certificat de cautionnement dès qu’elle reçoit le paiement de la première prime. Et il en va de même pour la libération de caution à la fin du contrat de bail, car goCaution peut l’assurer dans un délai de 5 jours au maximum.

Quid de la libération de la caution de loyer auprès de goCaution ?

En parlant de libération de caution, il est à souligner que le locataire peut se désengager à tout moment. C’est-à-dire qu’il peut rompre le contrat de bail même si celui-ci n’arrive pas encore à son terme.

Quoi qu’il en soit, il faut qu’il tienne tout d’abord son bailleur au courant et qu’il demande son approbation. Puis, le bailleur doit rendre le certificat de cautionnement à goCaution tout en y détaillant ses prétentions. Et c’est à partir de ce décompte final et aussi des termes du contrat de bail que la société de cautionnement et l’assurance vont analyser la situation, avant de procéder au déblocage de la caution de loyer. Après cela, il ne reste plus au locataire que de remettre les clés au bailleur pour marquer la fin de leur collaboration.

Avant de clôturer cet article, il ne faut pas oublier que goCaution fixe un plafond de CHF 16’000 pour la libération de caution de loyer sans dépôt bancaire, et si le bailleur souhaite faire valoir ses prétentions contre le locataire, il est tenu d’aviser l’entreprise de cautionnement et le locataire au plus tard dans l’année qui suit la fin du bail, afin de bénéficier de la restitution des sûretés.

Les caractéristiques et avantages de l’appareil photo Leica M3

Pour la marque Leitz, l’année 1954 est l’année de virage. Effectivement,Leica lance un équipement moderne qui va honorer le concept légendaire de la photo dans un petit format que l’on vend depuis 1925. L’innovation s’est fait marquer tant sur le plan technique qu’esthétique. C’est le cas pour Leica M3 un appareil hors pair.

 

Les cadres et l’obturateur de Leica M3

 

Ce prototype possède trois cadres qui présentent le champ qui est recouvert par des objectifs à plusieurs distances focales : 50, 90, 135 mm. Ils apparaissent seulement au moment de l’installation de l’objectif. Toutefois, celui avec 50 mm de distance focale apparait toujours. Il est continu, laiteux, blanc avec des angles courbés. Certes, il ne prend pas la totalité des champs, mais il agrée de voir à l’extérieur. Cependant, il faut souligner que les deux autres cadres sont munis de quatre segments.

leica M3 a deux sélecteurs de vitesse, dont l’un employé pour les courtes vitesses et l’autre pour les longues vitesses. Il rassemble les vitesses sur un seul sélecteur qui fonctionne par l’intermédiaire d’un déclenchement pour réduire les vibrations. En outre, les modèles récents utilisent les graduations de 1 s à 1/1000èmes et ils possèdent du 1/50.

 

Le levier d’armement de Leica M3

 

Le principal rôle son levier d’armement est d’assurer la facilité et la rapidité d’utilisation. Par l’intermédiaire de ce levier, l’œil vise pour le tir suivant quand on doit prendre des photos en continu rapidement. Par ailleurs, il est aussi nécessaire de souligner que l’on a vraiment choisi la position du levier de façon très ergonomique pour coïncider avec la plus naturelle que possible et la plus commode.

De plus, cette position va garantir un régulier mouvement pour le film sans mettre l’appareil en péril. Le levier d’armement de Leica M3 est le distingue des autres appareils.

Avis et guide d’achat sur les mini climatiseurs

La vision de l’homme concernant les accessoires efficaces et utiles s’est beaucoup évolué en fonction de son besoin.Par exemple, pour le cas d’un mini-climatiseur, il est devenu un appareil pratique que tout le monde veut s’acquérir. D’ailleurs, c’est aussi le cas pour l’évolution de sa technologie : il est moins encombrant et plus fonctionnel.

 

Le mini-climatiseur TOPELEKOPELEK

 

TOPELEKTOPELEK est un mini-climatiseur refroidisseur d’air et portable USB. Il a un design attirant en termes de couleur ce qui la rend plus esthétique où qu’on le place. En effet, sa couleur est l’un de ses points forts qui incitent le plus les acheteurs. Cependant, il a aussi des fonctionnalités diverses que l’on peut choisir librement.

Néanmoins, on doit le poser à l’horizontale et sur une surface plate afin d’éviter les débordements d’eau dans le réservoir.Toutefois, on va obtenir de l’air frais avec un parfum agréable qui va rehausser l’espace de vie par l’intermédiaire d’un petit climatiseur qui va avec une grande efficacité accompagnée d’une haute ambiance en couleur.

 

Les meilleurs climatiseurs en termes de qualité/prix

 

TOPELEK est l’un des meilleurs mini climatiseurs en termes de qualité/prix. De plus, sa manipulation est très facile avec des boutons que l’on peut détecter facilement. Il faut juste que l’on appuie sur le bon bouton et on a la fonctionnalité que l’on veut. Malgré cela, le manuel d’utilisation est en anglais et cela pourrait faire perdre beaucoup de temps pour ceux qui ne maitrisent pas cette langue.

Cependant, il est fonctionnel et stylé tout en apportant la fraîcheur qu’il faut par le biais de son petit réservoir qui dure assez longtemps.

 

Bref, sur le marché, les mini-climatiseurs sont devenus très appréciés et de ce fait, très pris. C’est surtout grâce à leurs fonctionnalités et à leurs designs malgré les petits inconvénients.

La gestion de son patrimoine

Pour faire fructifier un patrimoine, il y a plusieurs moyens plus ou moins rentables et qui n’ont pas de risque et sont à la disposition totale des investisseurs. La gestion des biens permet d’optimiser les grains en réduisant les risques. La gestion de son patrimoine est vraiment importante.

 

Ce qu’est une gestion de patrimoine

 

Tant pour les personnes morales que physiques, la gestion d’un patrimoine est un processus qui consiste à parfaire la situation financière en améliorant le tenu des actifs. En d’autres termes, il s’agit d’un ensemble de disciplines qui permettent d’évaluer les patrimoines dans l’intention d’augmenter leur usage. Effectivement, si les solutions de défiscalisations de biens sont nombreuses, le choix reste difficile pour les investisseurs parce qu’il faut aussi évaluer les risques et la rentabilité d’une méthode donnée. La Gestion de patrimoine est nécessaire même s’il n’est pas toujours facile.

 

Pourquoi gérer le patrimoine ?

 

Il est vraiment utile de bien gérer son patrimoine. C’est un processus qui permet de conserver les biens par rapport aux impôts. Il consiste à trouver la meilleure solution pour réduire le montant des impôts par rapport à la propriété à payer. En effet, tous les propriétaires des patrimoines immobiliers, mobiliers, ou intellectuelles doivent s’acquitter aussi de leurs obligations fiscales.

Cependant, le montant des impôts doit être payé en fonction de l’importance en nombre et en valeur des biens. La gestion de patrimoine est vraiment importante pour les droits de successions et mutation lors d’un héritage. C’est un processus essentiel concernant l’impôt sur le revenu dans une entreprise.

 

Bref, la gestion de patrimoine est une opération importante pour compléter la situation dans le but de générer plus de profit au niveau financier. C’est vraiment important pour conserver les taux d’impôts selon l’importance des patrimoines aussi. Tout le monde doit avoir des notions sur la gestion de ses biens.

Faire le bon choix sur une cuvette de WC suspendu

La salle de bain est un endroit où les fatigués prennent un peu temps, autant bien choisir les équipements. Vous allez voir dans cet article quelques points concernant le WC suspendu. Pourquoi en acheter un et comment faire le choix.

Caractéristiques d’un WC

D’après https://www.teuco.fr/, le choix de prendre un WC suspendu est un gain d’espace. Il est également facile à nettoyer. Le WC suspendu est fixé sur le mur  pour laisser le sol libre et vous pouvez passer la serpillère ou l’aspirateur en dessous facilement, sans que vous ayez  à contourner des obstacles. L’espace occupée par ce WC est petite et très fonctionnelle. Ce WC est facile à installer, il est fourni avec un bâti servant de sa fixation au mur. La tuyauterie, la robinetterie, le réservoir et la chasse d’eau sont encastrés dans le mur, seule la cuvette est visible dans la pièce.

Critère de choix de WC suspendu

Une jolie salle de bain permet de profiter un bon moment dedans, même en faisant ses besoins. Avant de vous lancer dans l’achat d’une cuvette de WC suspendu, vous devriez prendre en compte de quelques paramètres. N’hésitez pas à vérifier le système d’installation, il existe des bâti-supports qui permettent l’utilisation de chasse d’eau digitale, de broyeur intégré ainsi que de bidet, de lavabo et de lave-main. Il y a aussi le confort d’utilisation et le design de la cuvette du WC. Il peut y avoir également d’autre option, n’hésitez donc pas à faire une vérification. Et enfin, prenez compte du poids maximal supporté et les options de sécurité.

 

Il est essentiel de penser au confort avant de faire l’achat d’un équipement des toilettes. Parfois, il y a des autres options disponibles comme un lave-main, un lavabo ou un bidet livré avec quelques modèles de WC. Il faut également prendre en considération les points sécuritaires et les autres praticités.

La charge à induction et son univers

L’utilisation d’un chargeur sans fil offre de nombreuses solutions. Le fonctionnement d’un chargeur sans fil n’est pas si difficile, et vous allez le voir dans cet article. Il y aura aussi tous les Smartphones compatibles à ce chargement sans fil.

Fonctionnement

Les chargeurs sans fil ou Chargeur induction fonctionne avec le système de l’électromagnétique. Il y a un signal électrique qui permet de recharger la batterie du téléphone. Il y a dans ce cas un transfert d’énergie électromagnétique sur une très courte distance pour récupérer ensuite l’énergie et le transmet sur le téléphone. Il faut seulement brancher le chargeur sur une source de courant via le câble dédié micro-USB. Une fois la base branchée, votre chargeur à induction est prêt à l’emploi. Afin de charger votre appareil, vous n’avez plus qu’à le déposer sur le socle dédié. Attention à bien le positionner afin que la recharge soit optimale.

Les Smartphones compatibles

Il existe de nombreux Smartphones qui sont déjà compatibles aux normes QI. On distingue : Samsung Galaxy S6 / S6 Edge / S7 / S7 Edge, Sony Xperia Z3V, Nokia Lumia 735 / 830 / 920 / 930 / 928 / 1520, Asus PadFone S, Blackberry Z30 / Classic, Cat Catphone S50, Google Nexus 4 / 5 / 6 / 7, LG Optimus G Pro / G3, HTC 8X / Droid TNA / Thunderbold, Kyocera Hydro Elite / Torque / Urbano L01 / L03, Motorola Droid Max / Mini / Turbo. Il y en a aussi d’autres modèles compatibles avec une nappe ou une coque.

 

L’achat d’un chargeur à induction peut se faire, que ce soit dans les magasins ou en ligne. Les chargeurs à inductions sont disponibles pour la plupart des Smartphones. Il faut savoir choisir et prendre en compte tous les critères de sélection. Demandez conseil à votre vendeur en cas de blocage.