le métier de conseiller juridique d'entreprise

En savoir plus sur le métier de conseiller juridique d’entreprise

Tous les avocats du secteur privé ne travaillent pas pour des cabinets d’avocats. Cet article décrit le travail de conseil d’un cabinet d’avocat ou d’un avocat interne. Qu’il agisse en tant que point de contact entre la direction et un conseil externe ou en fournissant des conseils juridiques directs, l’avocat spécialiste dans le droit des affaires peut disposer du meilleur des deux mondes et avoir accès à la haute direction en même temps.

Au cours des dernières années, la perception du rôle et de la fonction des conseillers juridiques internes par les entreprises a évolué et la pratique du droit des sociétés est passée d’une existence relativement peu contestable et banale, limitée à la gestion du travail juridique effectué par d’autres personnes, à une dynamique, rôle stimulant qui consiste à donner des conseils juridiques dans pratiquement tous les domaines du droit et à participer directement au processus décisionnel de la direction.

Trois niveaux au service juridique

Il existe essentiellement trois niveaux auxquels un service juridique d’une entreprise peut traiter des problèmes juridiques individuels auxquels l’entreprise est confrontée. La première consiste à faire en sorte que les conseillers juridiques internes servent principalement de point de contact entre la direction et les conseillers externes. En vertu de cet arrangement, les propres avocats de la société participent rarement à la détermination du bien-fondé ou de la résolution des problèmes juridiques. Ils déterminent simplement quel avocat extérieur est le mieux pour traiter le problème, puis gère la représentation de ce cabinet. En France, parmi les avocats de droit des affaires on peut citer Patrick Mochkovitch. La seconde consiste à faire appel exclusivement à un avocat interne pour obtenir des conseils juridiques ou une représentation dans des procédures judiciaires. Enfin, une combinaison de ces deux approches peut s’appliquer à une question juridique particulière.

Evolution de la pratique en entreprise

Historiquement, la pratique interne des entreprises était largement limitée à la première de ces alternatives. Les sociétés considérées comme des malfaiteurs vis-à-vis de l’extérieur des avocats et employaient des conseillers internes pour gérer leurs relations avec les cabinets d’avocats qui les représentaient. Les effectifs juridiques des entreprises étaient généralement très petits et les avocats internes étaient des généralistes. L’absence d’implication directe dans des questions juridiques spécifiques a dissipé bon nombre des pressions et des exigences généralement associées à la pratique du droit. Parce que ce type de participation nécessitait principalement des compétences en gestion des ressources, plutôt que des connaissances juridiques, les postes de conseillers juridiques d’entreprises étaient considérés comme moins satisfaisants et plus prestigieux que ceux de cabinet privé. Pour les jeunes avocats, ils offraient également plus de sécurité d’emploi mais moins d’argent.

Avec la hausse des coûts de la représentation légale causée à la fois par l’inflation et la montée en flèche du degré de réglementation des entreprises par les gouvernements au cours des années 1970, de nombreuses entreprises ont dû réévaluer leurs besoins en matière de conseil et de représentation juridiques. Après avoir comparé les honoraires facturés par les avocats externes aux coûts liés à l’emploi de conseillers juridiques internes, les entreprises ont compris que des économies substantielles pourraient être réalisées en augmentant la taille des services juridiques et en attribuant les tâches à l’interne. En outre, les sociétés étant de plus en plus impliquées dans un nombre croissant de problèmes juridiques, des conseillers juridiques internes bien informés de la nature de l’entreprise, de sa technologie et de sa terminologie, des personnes-ressources et des interlocuteurs concernés et de tout autre informations de base pertinentes pour un problème particulier. Les avocats internes, en tant qu’employés de la société, sont donc plus libres d’offrir des conseils non juridiques et de parler au nom de la société dans ses relations avec des tiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *