Conseils pour accélérer votre progression vers le succès en ski

Tu connais ce sentiment. Vous avez attendu avec impatience vos vacances au ski toute l’année, vous arrivez à la station, la neige est parfaite, le ciel est bleu. Et puis tu ne peux pas le faire. Dans votre tête et dans votre cœur, vous tracez des pistes parfaites sur les pistes, ou vous skimpez dans la poudreuse, mais en réalité, vos jambes sont épuisées à 14 heures et vous tombez plus de six fois par jour.

Choisir le bon centre de villégiature

Si vous êtes le plus à l’aise sur les pistes bleues, ne choisissez pas une station réputée pour ses pistes noires. Ou tout simplement en évitant les descentes de ski les plus difficiles parce que vous avez peur de tomber. Après toute cette anticipation, quel déprimant.

 Identifiez votre cœur de métier

Ces muscles insuffisamment sollicités au niveau de l’estomac ne sont pas seulement utiles pour garder sous contrôle un lac de fondue au fromage à l’heure du déjeuner. Travaillez à les activer lorsque vous skiez ou surfiez et ils vous aideront à éviter que des flocons indignes ne tombent vers l’avant à la taille dans les bosses ou au moment terrible où la texture de la neige passe d’un léger peluches à de la colle solide.

Entrez dans la zone de compression

Les couches de bâle et les chaussettes avec des zones de compression ciblées augmentent le flux sanguin autour du corps, transportant l’oxygène là où il est le plus nécessaire – les muscles qui travaillent dur pour faire les virages parfaits que vous savez que vous pourriez faire, si seulement vos jambes n’étaient pas aussi fatiguées. Pionnier de la marque Skins, il y a maintenant beaucoup de choix sous différentes formes, allant d’une légère pression pour un soutien doux à une prise en main intense qui devrait vraiment améliorer votre jeu. Bonus – ils protègent également les muscles contre les blessures et les aident à récupérer plus rapidement de l’exercice.

 Mangez sainement

Croissants frais et confiture pour le petit-déjeuner, grand déjeuner au fromage, chocolat chaud avec des fouets de crème et peut-être un peu de schnaps l’après-midi. Et du gâteau pour le thé de l’après-midi. Mais pour avoir plus d’énergie pour sauter, tourner plus longtemps, du porridge pour le petit-déjeuner. Les glucides à combustion lente maintiendront les niveaux d’énergie plus élevés plus longtemps qu’une poussée de sucre. La bonne nouvelle, c’est que le lait au chocolat est maintenant largement considéré comme une boisson de récupération. Mais (désolé) si tout ce que vous avez fait, c’est de glisser en ligne droite le long d’une piste verte jusqu’au restaurant de montagne le plus proche, vous n’avez pas besoin de récupérer.

Boire à bon escient

C’est une question de tactique. Si vous ne voulez pas vous recroqueviller sous une couette avec la gueule de bois de l’enfer à l’aube de l’ultime matinée de ski – de la neige fraîchement tombée pendant la nuit et étincelante par le ciel bleu et le soleil – jouez intelligemment. Commencez l’après-ski dès la fermeture des pistes (il est interdit de commencer plus tôt si vous voulez ressembler à un pro) et terminez à une heure raisonnable. Dînez avec votre estomac doublé, buvez beaucoup d’eau et allez au lit, pas plus que vous n’avez l’estomac légèrement mouillé.

Choisir le bon kit

Entrer dans un magasin de ski et exiger le plus cher de tous n’est pas (heureusement) le moyen de devenir plus habile sur les pistes. Choisir des chaussures confortables, des skis ou des planches à neige qui correspondent à votre niveau, c’est choisir. Cela signifie cependant que vous ne pouvez plus blâmer vos outils. De plus, le fait d’échanger un kit de poudre extra-large et long un jour de poudre vous fera vous sentir – et ressembler à un dieu – très loin de chez vous. Surtout dans la file d’attente de l’ascenseur.

Restez baissés

Le conseil standard pour s’assurer qu’il y a de la neige sur vos pistes est de partir en vacances dans une station de haute montagne. Mais il y a un inconvénient. Peu importe vos compétences, si vous venez d’arriver dans une station de ski perchée à 2 925 m d’altitude. Vous devrez probablement vous arrêter à mi-chemin de votre première descente (qui a commencé environ 900 m plus haut) en soufflant comme un amateur, car il y a moins d’oxygène dans ces collines. Faites-vous une faveur et essayez une station plus basse. Conseil d’initié – les stations moins connues dont les pentes sont moins fréquentées que les grandes peuvent bien retenir leur neige même si elles sont plus basses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *